3 Règles du turfiste : l’antidote contre les pertes au PMU

Vous êtes turfiste et comme beaucoup d’autres joueurs, vous attaquez chaque course par cette question :

Quel cheval est le plus enclin à gagner la course ?

Une meilleure question et qui pourrait sans aucun doute changer votre approche des courses serait :

Qu’est-ce que je sais de cette course qui me permet de la voir différemment des autres joueurs ?

Dans cet article, nous allons passer en revue rapidement 3 règles fondamentales que les turfistes doivent appliquer dans leur quotidien pour lutter contre leurs pertes.

Règle n°1 : Comprendre la spirale de la perte

Si votre opinion correspond à celle des autres turfistes, vous êtes condamné à perdre.

Ce n’est pas mon opinion, mais les chiffres1.

Globalement et quel que soit votre pari, vous gagnerez un peu, vous perdrez un peu, mais vos gains ne compenseront pas vos pertes.

C’est la loi du jeu et de son taux de retour joueur absolument implacable.

Et ne vous y trompez pas.

Souvent, vous aurez la même opinion que les autres dans une course.

Les mêmes favoris et secondes chances que les autres.

D’autres fois, la course sera trop difficile à analyser :

Ou alors, imaginez la même configuration sauf que les six chevaux descendent nettement de catégorie.

Qui peut dire avec certitude qui va gagner ou même se placer ?

Le problème dans des cas comme ça, c’est que trop de parieurs vont forcer leur pari.

Par envie d’action, souvent, ou par recherche d’adrénaline.

C’est comme ça que commence la spirale de la perte

Parier sur des courses dans lesquelles vous n’avez aucun avantage.

Même si de temps en temps, vous allez en touchez quelques-uns, ces gains ne suffiront jamais à compenser vos pertes.

La solution pour remédier à ce problème (du moins, si vous voulez sérieusement gagner aux courses hippiques), est de transformer cette recherche du gagnant en une recherche de l’intuition.

Règle n°2 : Avoir une vision différente de la course

Vous devriez rechercher les courses que vous voyez DIFFÉREMMENT des autres turfistes.

Concrètement, cela peut signifier que vous n’aimez pas le favori, ou que vous l’aimez, mais qu’il est surestimé par la majorité des joueurs (cela se traduit par une cote trop basse).

Ou alors le second favori vous paraît vraiment faible, et vous pouvez construire des couplés ou des trios contre lui.

Ou encore : les turfistes délaissent injustement un cheval à 15/1 alors que sa cote devrait être de 8/1.

Vous devez comprendre sur quelles bases les joueurs choisissent un ou plusieurs chevaux et donc comment ils construisent les cotes de chacun des concurrents.

Par exemple :

Si le favori vient de faire une course “facile”, vous savez que le cheval a eu un parcours parfait pour gagner et qu’il est peu probable qu’il le refasse.

Vous pourriez avoir un avantage sur la majorité des parieurs qui font de ce cheval le favori.

Ou bien le cheval a couru de belles courses l’année dernière, mais n’a pas fait grand-chose cette saison et les parieurs lui font confiance à cause de sa classe passée.

Ou encore, la dernière course de votre outsider a été bien meilleure que ce que laissent penser ses dernières performances.

Ou alors, peut-être pensez-vous avoir un renseignement confidentiel venu de l’entourage du favori ?

Ou bien vous avez l’œil de l’expert et vous constater que le comportement d’un des favoris n’est pas rassurant juste avant le départ.

Les exemples sont multiples, vous l’avez compris.

Quoi qu’il en soit, vous devrez comprendre pourquoi votre vision de la course est différente et supérieure, à ce que font la majorité des turfistes.

Si vous voyez les mêmes choses, vous n’avez pas d’avantages sur les autres.

Et si vous n’avez pas d’avantage, pourquoi est-ce que vous parier ?

L’adrénaline et le besoin d’action ne vous apporteront pas de bénéfices sur le long terme, vous le savez, surtout dans un jeu qui d’emblée redistribue à peine 80% des mises aux joueurs gagnants (au premier trimestre 2021 le taux de redistribution moyen avec les bonus a été de 78%1)

Que voyez-vous dans cette course que les autres ne voient pas ?

C’est plutôt cette question que vous devriez vous poser.

Répondez-y, et vous saurez exactement quoi faire.

Règle n°3 : Respecter son bénéfice

Et maintenant, une autre question vient immédiatement derrière :

Que faites-vous lorsque vous faites un gros coup et que beaucoup d’argent rentre ?

La plupart du temps, nous gagnons quelques euros, ou nous en perdons quelques-uns.

Mais, de temps en temps, vous l’avez peut-être vécu, c’est le moment du gros coup.

L’avantage des courses hippiques, par rapport aux paris sportifs, c’est que, que vous soyez adroit ou chanceux, vous pouvez probablement faire un gros coup à un moment ou à un autre.

Le jour où vous touchez un gros report ou un gros tiercé ou autre, vous pouvez toucher plusieurs milliers d’euros, voire plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Le “gros coup” n’a pas la même signification pour tous les parieurs.

Un parieur à 1 € qui touche un tiercé dans l’ordre à 1500 € a fait un gros coup.

Mais, pour un turfiste qui mise 500 € dans un report en simple gagnant et qui touche 8000 € a fait un gros coup.

… en supposant, bien sûr, que vous ne le gaspillez pas !

Et c’est là qu’intervient la règle principale d’une bonne gestion de votre capital si vous venez de faire un gros coup :

Vous n’êtes pas assuré d’en faire un autre !

Vous vous doutez bien que vous n’êtes pas le Prince du Turf juste parce que les planètes se sont alignées ce jour-là !

Si vous avez l’habitude de miser 50 € sur une course et que soudain vous avez 12 000 € de plus sur votre compte PMU, ce n’est pas le moment de commencer à parier 500 €.

Le code moral du turfiste vous interdit de vous “enflammer” simplement parce que vous avez réussi une fois à gagner beaucoup d’argent.

Dans ce jeu si difficile, on mesure le succès uniquement sur le long terme.

Une journée, même une journée inoubliable, n’est qu’une journée.

N’oubliez jamais qu’un gros coup est accompagné de beaucoup de chance.

Les aléas de courses sont nombreux, vous le savez.

Ce sont ces aléas qui font les courses.

C’est aussi pour cette raison que personne ne promettre quoi que ce soit en termes de résultats.

Alors qu’allez-vous faire de cet argent ?

Ou plutôt que DEVEZ-VOUS en faire ?

Le meilleur conseil que je peux vous donner en ce sens, et que quelqu’un de sensé vous donnerait :

Effacez un maximum de vos dettes, quelles qu’elles soient.

L’erreur fatale serait de vous dire : “Super, maintenant j’ai un capital encore plus gros pour jouer !”

N’hésitez pas à réserver un peu de cet argent pour vous faire plaisir, c’est important.


Si vous voulez gagner aux courses hippiques, vous n’avez pas d’autres choix que de réfléchir :

  1. Pourquoi les gens perdent ?
  2. Comment construire une vision différente de la course ?
  3. Que faire en cas de gains ?

C’est en répondant à ces questions que vous commencerez à jouer sérieusement.

Il vous manque peut-être du temps ou de l’expérience pour choisir les meilleurs chevaux de la journée.

Je sélectionne chaque jour entre 2 et 4 chevaux à jouer en simple placé, gagnant et report.

C’est réservé uniquement à mes contacts privés :


  1. https://anj.fr/sites/default/files/2021-06/Rapport%20trimestriel%20-%20T1%202021.pdf