8 gestions pour être bénéficiaire aux courses hippiques

Les investisseurs du monde entier s’accordent sur une chose : le choix du placement est tout aussi important que sa gestion

Aux courses hippiques, savoir choisir un bon cheval ou un bon pari ne suffit pas à devenir rentable.

Il vous faut un plan stratégique de votre capital et de vos mises pour survivre dans ce jeu impitoyable.

99% des turfistes jouent à masse égale : ils misent toujours le même montant. 

Rares sont ceux qui appliquent une gestion progressive de leurs mises ou une autre stratégie.

Un bon moyen de commencer dans les gestions est de partir d’un capital et de ne jamais miser plus d’un certain pourcentage. Par exemple 1% du capital.

Chaque fin du mois, vous faites le point sur votre capital et vous appliquez votre pourcentage de mise.

Si au mois de janvier vous aviez 500 euros de capital dédié aux courses, votre mise de base de janvier est de 5 euros. Tous le mois de janvier, vous ne descendez pas de votre mise de 5 euros même si mi-janvier votre capital est de 400 euros.

Fin janvier votre capital a atteint 600 euros, votre mise de base pour le mois de février sera de 6 euros.

Avec cette gestion extrêmement simple, vous vous autorisez à perdre 100 fois dans le mois.

Avec 2% de votre capital, vous vous autorisez à perdre 50 fois dans le mois.

L’objectif ici est double

  • Faire du bénéfice sur le long terme
  • Effacer tout le stress lié à la prise de pari et aux pertes qui surviendront inévitablement.

COMBIEN DEVEZ-VOUS PARIER ?

Beaucoup de turfistes me demandent avec combien ils peuvent démarrer. 

Vous seul pouvez répondre à cette question.

Mais je vous suggère de considérer votre capital de deux manières distinctes.

Tout d’abord, vous devez connaître vos limites financières et psychologiques

Pariez dans vos limites, en sachant que si vous faites de bons investissements, les bénéfices viendront et vous pourrez augmenter votre mise à mesure que votre capital augmentera.

La deuxième manière d’approcher votre capital, c’est de vous rappeler que vous n’avez pas besoin d’avoir tout votre capital à votre disposition dès le premier jour.

Si vous vous fixez une limite maximum de 5% de votre capital par jour, vous aurez 20 jours devant vous.

L’essentiel est de bien savoir si vous pouvez perdre le montant de votre capital sur 20 jours.  

Prenons un exemple concret : 

Si vous pouvez vous permettre d’investir 50 euros par semaine dans les courses hippiques, alors votre capital annuel sera de 2600 euros. 

Sur ce principe, votre mise de base serait de 26 euros. (1% de 2600 euros). Ça signifie que vous ne pouvez pas parier plus de deux paris par semaine (puisque vous ne pouvez pas investir plus de 50 euros par semaine).

Ça vous paraît sans doute léger mais les bonnes opportunités ne sont pas tous les jours, réfléchissez-y.

En gros, suivez ces deux règles :

  1. Ne pariez jamais que ce que vous pouvez vous permettre de perdre, et 
  2. Suivez toujours vos paris sur le long terme…

QUELLE STRATÉGIE SUIVRE ?

Dans cet article, je vous ai préparé une dizaine de stratégies, afin que vous puissiez en choisir une ou deux.

L’essentiel est de vous sentir à l’aise avec ce que vous faites.  

Dans un premier temps, la meilleure des actions que vous puissiez faire c’est d’essayer “à blanc”.

Enfin, vous devez pouvoir répondre OUI à ces deux questions :

  • Cette stratégie est-elle plus efficace que les mises à masse égale ?
  • Correspond-elle à ma psychologie de joueur ?

GESTION N°1 : LA MISE à MASSE ÉGALE

Cette gestion est la plus utilisée de toutes. Miser le même montant sur chaque pari.

Beaucoup de turfistes, même professionnels, ne jurent que par cette stratégie.

Assurez-vous de parier un certain pourcentage de votre capital et de ne jamais en bouger.

Comme toujours, c’est à vous de choisir le montant à investir, mais si vos sélections ne vous font pas gagner à masse égale, ce sera difficile d’y appliquer d’autres stratégies de mise.

GESTION N°2 : LA JOURNÉE GAGNANTE

Cette stratégie est assez simple.

Vous allez augmenter progressivement vos mises, uniquement après chaque journée gagnante. Et vous n’augmentez que de 10%.

Ne baissez jamais votre mise.

Par exemple, vous commencez avec un petit capital de 200 euros et une mise de base de 1% du capital soit 2 euros de mise.

Vous vous autorisez 5% de perte de capital par jour, soit 10 euros. Vous avez donc 5 paris perdants par jour.

Vous pariez 2 euros jusqu’à faire un bénéfice. 

  • Pari n°1 : Perdant (-2 euros)
  • Pari n°2 : Perdant (- 2 euros et -4 euros cumulés)
  • Pari n°3 : Gagnant à 4/1 (+8 euros de gains et +2 euros de bénéfices)

À la fin de cette journée gagnante, vous calculez votre mise pour le lendemain. 

10% de 2 euros font 0,2 euros que vous arrondissez à 1€. Votre prochaine mise sera donc de 3 euros.

Au bout du sixième jour gagnant, votre mise sera de 6 euros en suivant cette progression simple.

Vous pouvez le constater, c’est une progression assez sereine de vos mises.

GESTION N°3 : UN GAGNANT SUR DIX

Les montantes ont toujours eu leurs détracteurs. Et c’est bien normal.

Mais si vous êtes un turfiste capable de :

  • Prendre un gagnant sur dix…
  • A 5/1 ou plus

Alors vous êtes très fort et cette stratégie pourrait vraiment vous intéresser.

Vous allez suivre la séquence qui suit :

1-1-1-1-2-2-3-4-5-6

Cette séquence est composée de 10 parties de 26 unités.

Admettons que vous partez avec un capital de 100€ pour le mois.

Pour obtenir votre unité de base avec 100 euros de capital, vous divisez 100 par 26. Vous obtenez 3,8 que nous arrondissons à 4.

Donc 1 unité = 4€.

La séquence à suivre en euros devient : 

4-4-4-4-8-8-12-16-20-24

Si vous ne touchez un gagnant à 5/1 qu’au dixième pari, vous faites quand même un bénéfice.

Évidemment, plus vous le touchez tôt, plus votre bénéfice sera important.

Respectez ces 4 règles

  • Ne vous concentrez pas sur les cotes à plus de 10/1, à moins que vos analyses et vos résultats vous donnent des gagnants régulièrement à des cotes élevées (ce qui m’étonnerait…)
  • Si vous touchez un cheval qui fait moins de 5/1, pas de souci. Si vous avez fait un bénéfice, vous recommencez votre séquence. Si vos gains ne couvrent pas vos mises, vous continuez la séquence.
  • Arrêtez-vous quoiqu’il arrive au dixième pari. Ne cherchez pas à continuer la séquence. 
  • Dès que vous avez atteint un bénéfice, recommencez systématiquement votre séquence au début.

GESTION N°4 : LA HUITIÈME MERVEILLE D’ALBERT EINSTEIN

Cette stratégie est tellement puissante. Et elle ne vous demande que peu d’efforts.

Elle est basée sur une phrase célèbre d’Albert Einstein : 

L’intérêt composé est la huitième merveille du monde. Celui qui peut bien comprendre l’intérêt composé en bénéficie, celui qui ne le comprend pas… le paie.

Albert Einstein

De quoi s’agit-il ?

Vous partez de votre capital et vous misez SYSTÉMATIQUEMENT un certain pourcentage de ce capital.

À masse égale donc. Aucune montante.

Le pourcentage de 1% est un excellent départ et vous laisse énormément de marge en cas de séries perdantes (elles seront inévitables).

Admettons, vous partez avec 2400 euros de capital annuel (ce qui correspond à 200 euros par mois), vous savez que vos mises ne dépasseront jamais 24 euros.

Regardons un peu plus en profondeur la puissance des intérêts composés :

Vous partez avec un capital de jeu de 2400 euros par an (plus ou moins selon vos ressources bien sûr).

Avec ce capital annuel et cette mise de base, vous savez que vous ne devez jamais dépasser 8 paris par mois.

Cela fait peu de paris mais vous pouvez tout aussi bien tabler sur 0,5% de votre capital annuel, soit 12 euros de mises limitées à 16 paris par mois.

Admettons que vous restiez sur 1% de votre capital. Vous vous concentrez sur de très bons chevaux en jeu simple placé uniquement.

Si vous prenez 6 cotes à 1,5/1 en simple placé (en ayant joué 8 fois dans le mois par exemple) vous ferez un bénéfice de 288€ par an.

A la fin de la première année vous vous retrouvez avec 2688 euros de capital.

Vous continuez à miser 1% de votre nouveau capital par sélection en vous limitant à 8 paris par mois.

Je vous ai préparé des tableaux, c’est plus parlant :

AnnéeBénéfices par an
1288 €
2322,56 €
3361,27 €
4404,62 €
5453,17 €
6507,55 €
7568,46 €
8636,68 €
9713,08 €
10798,65 €
Capital année 1 2400 €
Capital année 22688 €
Capital année 33010,56 €
Capital année 43371,83 €
Capital année 53776,45 €
Capital année 64229,62 €
Capital année 74737,17 €
Capital année 85305,64 €
Capital année 95942,31 €
Capital année 106655,39 €

Dans l’exemple, c’est si vous partez avec un petit capital de 2.400 euros par an et seulement 1% de vos mises avec des cotes moyennes à 1,5/1. 

À la fin de votre dixième année d’investissement, vous avez fait une plus-value de 4250 euros. Sur 20 ans, vous ferez plus de 18.000 euros de plus-value.

Imaginons maintenant que vous puissiez prendre une cote moyenne à 1,7/1 avec la même réussite (6 paris sur 8). Vous partez avec un capital de 5000 euros annuel soit environ 420 euros par mois.

Vous misez non pas 1% mais 2% de votre capital.

Mise de base de 100 euros la première année.

Voyons voir au bout de 10 ans ce que ça donne :

AnnéeBénéfices par an
12640 €
24033,92 €
36163,83 €
49418,33 €
514391,21 €
621989,77
733600,37 €
851 341,36 €
978 449,60 €
10119 871,00 €
Capital année 15 000,00 €
Capital année 27 640,00 €
Capital année 311 673,92 €
Capital année 417 837,75 €
Capital année 527 256,08 €
Capital année 641 647,29 €
Capital année 763 637,06 €
Capital année 897 237,43 €
Capital année 9148 578,80 €
Capital année 10227 028,40 €

Ça donne le vertige… C’est l’extraordinaire puissance des intérêts composés.

Au bout de la dixième année, vous miserez plus de 4000 euros par sélection.

Cette stratégie est sans aucun doute possible, la meilleure gestion que vous puissiez mettre en place.

C’est la plus puissante de toutes mais celle qui demande sans nul doute le plus de patience.

Par exemple, vous commencez le mois en ayant pris 3 paris gagnés sur 4, vous pouvez décider d’arrêter là votre mois. Même si nous sommes le 15 du mois. 

Je vous avoue, cette partie-là est la plus difficile pour un turfiste : savoir s’arrêter.

Et savoir vous arrêter comme ça, vous permettra de “lisser” votre bénéfice sur l’année. Le mois d’après, peut-être que vous ne prendrez que deux paris gagnés sur 9…

Une alternative peut être aussi celle-ci :

Au lieu de tout réinvestir, vous pouvez réinvestir 50% des bénéfices pour faire grossir votre capital, et 50% sur votre compte bancaire pour faire plaisir à vous et votre famille.

C’est une autre manière de faire.

Et enfin, pour les plus pressés, vous pouvez tabler sur 2% au lieu de 1%. Vous grossirez beaucoup plus vite, forcément, mais vous aurez moins de cartouches. 

À voir…

GESTION N°5 : LE CAPITAL ACTIF ET PASSIF

Celle-ci est facile.

Vous séparez votre capital en deux parties égales (par exemple 40 et 40 pour un capital de 80 euros).

Vous gardez 40 euros en mode PASSIFS pour les coups durs et pariez seulement avec les 40 euros ACTIFS.

Vous pariez 2 unités par sélection pour 20 courses.

Si votre capital ACTIF de 40 euros atteint 80 euros (c’est-à-dire qu’il double), vous allez retirer 50% de votre bénéfice du capital actif (soit 20 euros) pour les épargner soigneusement dans votre passif. 

Vous recommencez avec un capital ACTIF de 60 euros et des mises de 3 unités (toujours en suivant une séquence de 20 paris).

Si le capital ACTIF de 60 euros double pour atteindre 120 euros, vous prenez 50 % du bénéfice (30 euros donc) et recommencez avec un capital ACTIF de 90 euros, et des mises de 4 euros.

À chaque fois que vous doublez votre capital actif, 50% des bénéfices vont dans le passif. 

Ainsi, lorsque le capital actif atteindra 90 euros, le passif sera également à 90 (40+20+30).

Vous vous sécurisez et le risque de tout perdre reste assez faible.

GESTION N°6 : LA GESTION DES 20%

Cette gestion est très simple et elle ne me prendra que quelques lignes pour l’expliquer.

Vous avez un capital de 100 euros par mois (pour l’exemple).

Pour chaque sélection, vous prenez 20% de ce capital. C’est-à-dire 20 euros.

Vous prenez encore 20% de ces 20 euros et vous obtenez 4 euros.

Ce sera votre mise en simple gagnant.

Les 16 euros restants ?

Vous les jouez placé sur cette même sélection.

Votre cheval arrive 1er à 3/1 et 1,4 placé, vous gagnez donc 16 euros au simple gagnant et 22,40 euros en simple placé.

Bénéfice net : 18,40 euros.

Votre cheval arrive troisième, vous faites un mini-bénéfice de 2 euros.

Pour que cette stratégie de mises fonctionne il faut prendre régulièrement des gagnants.

Donc ne visez pas les chevaux improbables qui ne gagnent que rarement.

Il vous faut un minimum de 20% de réussite en gagnant pour ces chevaux.

GESTION N°7 : LA RENTABILITÉ RECHERCHÉE

Ce plan part du principe que vous recherchez un bénéfice déterminé et présente les caractéristiques suivantes :

  1. Il est extrêmement sûr.

  2. Il peut être rentable en permanence.

  3. Il est suffisamment flexible pour s’adapter à la plupart des exigences.

  4. Il est très facile à utiliser et à surveiller.

Avec une stratégie aussi solide, vous pouvez être sûr de ne pas tomber dans “l’inconnu” lorsque vous lancez vos mises.

LES RÈGLES :

  1. Fixez votre exigence de ROI (Retour Sur Investissement). Pour l’exemple, nous allons fixer un retour sur investissement de 20 %. Pratiquement tous les pourcentages peuvent être utilisés, mais plus cette exigence est élevée, plus le risque est grand. 
  2. Commencez par une mise unitaire de base et ne montez dans l’échelle des mises (cf. Tableau ci-dessous) que lorsque vous n’atteignez pas le bénéfice prédéterminé. Tant que votre ROI n’est pas atteint
  3. L’échelle de progression est basée sur une augmentation des mises de 20 %, en fonction des 20 % de profit requis.

Tout type de progression peut être utilisée, à condition qu’il s’agisse d’une progression stricte en pourcentage, comme 5 %, 10 %, etc.

Tableau De Progression Des Mises (avec un objectif de 20% de profit et 5 € unité de base)

Pari n°MisePari n°MisePari n°MisePari n°Mise
15111221303174
261214,522363289
371317,5234333107
48,51421245234128
5101525256235154
6121630267436185
714,51736278937222
817,518432810738266
92119522921839320
102520623015440385

N’oubliez pas que vous recherchez un profit de 20 % sur l’investissement total.

Vous progressez dans l’échelle seulement si votre objectif n’est pas atteint. Dès que vous avez réalisé 20 % (ou plus) de profit sur votre investissement total, vous revenez au pari n° 1, et vous y restez jusqu’à ce que votre profit total descende en dessous de 20 %.

CAPITAL OBLIGATOIRE

Il s’agit d’une montante douce et prudente et le capital de jeu peut être limité à 75 fois votre mise de base.

Si nous démarrons avec une mise de base de 5 €, notre capital sera donc de 375 €.

Faisons un test “à blanc” :

Pari n°MiseRésultatPerduGagné
15Perdu5
26Perdu6
37Perdu7
48,5 (arrondi à 9)Perdu9
510Perdu10
612Perdu12
714,5 (arrondi à 15)Perdu15
817,5 (arrondi à 18)Perdu18
921Gagnant à 4/184

Le pari n°9 génère le 1er gagnant de la partie : La mise cumulée s’élève à 103 €, pour un gain total de 84 €. 

À ce stade, vous perdez toujours 19 €, donc vous continuez la progression du tableau :

  • Pari n°10 – 25 euros – Perdu – 25 euros
  • Pari n°11 – 12 euros – Gagné 6/1 – 72 euros

Le pari n°11 génère le second gagnant. La mise totale cumulée est de 140 €, pour un gain total de 156 €.

Cela représente un bénéfice de 16 €, soit 11 % de bénéfices. 

Les 20 % requis n’ont donc pas encore été atteints et la progression doit se poursuivre.

  • Pari n°12 – 15 euros – Gagné 4/1 – 60 euros

Le pari n°12 génère un troisième gagnant. La mise cumulée est de 155 €, pour un gain total de 216 €.

Il s’agit d’un bénéfice de 61 €, soit un bénéfice net de 39%.

Vous avez donc plus que réalisé vos 20 % de bénéfices, vous revenez à votre pari n°1 de 5 €.

Vous maintenez votre mise de base jusqu’à ce que vos bénéfices soient inférieurs à 20 %.

Si cela se produit, vous recommencez la progression.

Dans l’exemple ci-dessus, nous avions prévu un écart de huit au début de la progression.

Faites vos propres tests “à blanc” et prévoyez peut-être de perdre des séries de 10 et 15.

Ce plan est très efficace sur les trois premiers favoris. Testez-le.

GESTION N°8 : LE REPORT AVANCÉ

L’objectif de ce plan est de réduire au minimum vos risques personnels, mais de tirer le maximum de profit de vos gagnants. 

Cela peut être réalisé en faisant de très petits paris avec votre argent et de gros paris uniquement avec l’argent gagné.

C’est le principe même du report et nous allons voir ici une stratégie inédite de report.

La mise de base peut être de n’importe quel montant, mais à des fins d’explication, nous la mettrons à 2 €.

Je vous explique la méthode en utilisant un capital total de 16 €.

Nous parions UNIQUEMENT en Simple Gagnant.

Voici la progression de vos mises :

2-2-2-3-3-4

Si vous perdez six paris consécutifs, vous recommencez avec 2 € et continuez comme avant.

Vous avez maintenant 3 règles à suivre lorsque vous prenez un gagnant selon son prix :

RÈGLE N°1 : Vous avez pris un gagnant qui génère plus de 12 unités de bénéfices.

Chaque fois que vous gagnez 12 unités ou plus, vous allez déduire le montant de votre dernière mise et diviser le bénéfice net en trois parties, quelle que soit la taille de votre pari.

La première partie correspond à un sixième du montant gagné. La deuxième partie correspond à un tiers de la somme gagnée.

La troisième partie correspond à la moitié du montant gagné.

Par exemple, si vous avez fait 30 € de bénéfices sur un pari, vous divisez 30 par six puis par trois puis par deux, ce qui nous donne des unités de 5, 10 et 15 €. 

Voyons comment répartir ces nouvelles unités en prenant un exemple concret :

  • Premier pari, 2 €, PERDU.
  • Deuxième pari, 2 €, PERDU.
  • Troisième pari, 2 €, GAGNÉ à 10/1.

Bénéfice net de ce dernier pari : 18 €. 

Vous divisez donc 18 par 6, puis par 3 et par 2, ce qui vous donne : 3 €, 6 € et 9 €.

Ce sont vos nouvelles unités de mise. Continuons la progression : 

  • Quatrième pari, 3 €, PERDU.
  • Cinquième pari, 6 €, PERDU.
  • Sixième pari, 9 €, GAGNÉ à 7/1. 

Le bénéfice net de ce sixième pari est de 54 €. 

Vous divisez à nouveau cette somme pour déterminer vos nouvelles unités, qui seront de 9 €, 18 € et 27 €.

  • Septième pari, 9 €, PERDU. 
  • Huitième pari, 18 €, est GAGNÉ à 11/1.

Vous divisez à nouveau le bénéfice de 180 €, pour obtenir vos trois prochaines unités : 30 €, 60 € et 90 €.

  • Neuvième pari, 30 €, PERDU.
  • Dixième pari, 60 €, PERDU.
  • Onzième pari, 90 €. 

Si ce onzième pari était perdu, vous auriez épuisé vos trois unités pour revenir à votre mise de départ de 2 €. Si le onzième pari était gagnant, vous pourriez arrêter là et recommencer à zéro, ou à nouveau diviser et continuer avec trois nouvelles unités.

ATTENTION : LA PROGRESSION S’ARRÊTE TOUJOURS LORSQUE VOUS GAGNEZ DEUX PARIS SUCCESSIFS. Si le neuvième pari avait été gagné, vous auriez recommencé depuis le début avec 2 €.

RÈGLE 2 : Lorsque vous gagnez à 3/1, vous pouvez continuer comme si vous n’aviez pas gagné du tout.

RÈGLE 3 : Lorsque vous gagnez à 4/1, mais que vos bénéfices sont inférieurs à 12, vos nouvelles unités seront deux, quatre et six.


Dans cet article complet, vous avez eu accès à plusieurs gestions intelligentes pour faire des bénéfices tout au long de votre vie de turfiste.

L’objectif ici n’est pas que vous testiez toutes ces gestions.

Mais de vous faire prendre conscience qu’avec un capital et un plan intelligent pour le gérer, vous pouvez faire des bénéfices sans trop de difficultés.

La gestion n°4 est sans aucun doute celle que je vous conseille le plus si vous voulez faire des courses hippiques un véritable investissement long terme.

Il vous manque peut-être du temps ou de l’expérience pour choisir les meilleurs chevaux de la journée.

Je sélectionne chaque jour entre 2 et 4 chevaux à jouer en simple placé, gagnant et report.

C’est réservé uniquement à mes contacts privés :